Anticholinergique : le cas de l’artane

L’Artane est considéré comme l’ecstasy des pauvres. Consommé avec de l’alcool et/ou du cannabis, il donne un sentiment de toute puissance, amenant l’individu au passage à l’acte
Le trihexyphénidyle /  Artane est un médicament anticholinergique appartenant à la classe des antimuscariniques. On l’utilise depuis des décennies contre les symptômes de la maladie de Parkinson ainsi que contre certains effets indésirables des traitements neuroleptiques
Le trihexyphénidyle est un anticholinergique muscarinique de synthèse commercialisé sous le nom d’Artane ® en France. Il possède le plus important potentiel d’abus et de dépendance parmi sa classe.
L’Artane© (trihexyphénidyle) est l’emblème, l’archétype de la toxicomanie médicamenteuse à la Réunion [1] depuis les années 70. Il est particulièrement prisé sous sa forme comprimé à 5 mg (noter la mention RPR 201)
Des effets secondaires mineurs, tels que sécheresse de la bouche , vision trouble , vertiges, nausées légères ou nervosité, seront ressentis par 30 à 50% des patients. Cependant, ces sensations sont beaucoup moins gênantes avec ARTANE (trihexyphénidyle) qu’avec les alcaloïdes de la belladone et sont généralement moins gênantes que le parkinsonisme non allié. De telles réactions ont tendance à devenir moins prononcées et même à disparaître au cours du traitement. Même avant que ces réactions ne disparaissent spontanément, elles peuvent souvent être contrôlées par un ajustement soigneux de la forme posologique, de la quantité de médicament ou de l’intervalle entre les doses.
Cas isolés de parotite suppurative secondaire à une sécheresse excessive de la bouche, éruptions cutanées, dilatation du côlon , iléus paralytique et certaines manifestations psychiatriques telles que délires, hallucinations et paranoïa, pouvant survenir avec n’importe lequel des médicaments analogues à l’atropine , ont rarement été rapportés avec ARTANE® (trihexyphénidyl)
Les effets indésirables potentiels associés à l’utilisation de tout médicament analogue à l’atropine, y compris Artane (trihexyphénidyle), comprennent les dysfonctionnements cognitifs , notamment la confusion et les troubles de la mémoire ; constipation, somnolence, hésitation ou rétention urinaire , tachycardie , dilatation de la pupille , augmentation de la pression intra-oculaire , mouvements choréiformes, faiblesse, vomissements et maux de tête. Une exacerbation du parkinsonisme avec arrêt brutal du traitement a été rapportée. Un syndrome malin des neuroleptiques avec arrêt brutal du traitement a été signalé (voir MISES EN GARDE , Syndrome malin des neuroleptiques ).
La survenue de glaucome à angle fermé chez des patients recevant du trihexyphénidyl HCl a été rapportée (la cécité a été rapportée dans certains cas). Une bradycardie sinusale paradoxale, une peau sèche et une cycloplégie ont été rapportées.
Outre les effets indésirables observés chez l’adulte, les effets indésirables suivants ont été rapportés dans la littérature chez les patients pédiatriques : hyperkinésie, psychose , état d’oubli, perte de poids , agitation, chorée et altérations du sommeil .
.



Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s